supervie

supervie

Vous avez dit "méthane" ?

Notes sur les exigences de géoingénierie pour éviter le réchauffement climatique catastrophique d'une grande émission soudaine de méthane, Groupe d'urgence de méthane dans l'Arctique, décembre 2011:

Flux à surmonter pour sauver la glace de mer
• Le réchauffement de l'Arctique est beaucoup plus rapide que le réchauffement climatique, d'environ 6 fois, et le réchauffement s'accélère, en raison de boucles de rétro-action positives.
• Le réchauffement s'explique principalement par les courants de l'Atlantique et par l'effet de perte d'albédo.
• Le flux de chaleur supplémentaire, qui chauffe l'Arctique par rapport à sa température pré-industrielle, est actuellement de l'ordre d'un petawatt.
• La tendance du volume de la glace de mer de septembre est nulle en 2014 ou 2015, date à laquelle le flux de chaleur serait presque le double de ce qu'elle est actuellement.
Cela pourrait être un point de non retour, lorsqu'il devient impossible d'empêcher une nouvelle retraite de la glace de mer, avec un réchauffement accéléré de l'Arctique provoquant des émissions de méthane toujours plus grandes dans une boucle de rétroaction, jusqu'à ce que le réchauffement climatique en fuite devienne inévitable.
• Les techniques de géoingénierie pour le refroidissement de l'Arctique doivent être appliquées d'ici le printemps 2013 pour réduire ce risque dans la mesure du possible. *

Flux provenant d'une émission soudaine de méthane:

Une intervention d'urgence est nécessaire à la fois pour sauver la glace de l'Arctique et pour réduire le risque de réchauffement climatique catastrophique à partir d'une forte émission de méthane soudaine.

 

 

 

* rassurez vous, RIEN n'a été entrepris à ce sujet.

 

l'extrait original en Anglais:

 

Notes on Geoengineering Requirements to Avert Catastrophic Global Warming from a Sudden Large Emission of Methane, Arctic Methane Emergency Group, December 2011:

Flux to be overcome to save the sea ice
•    Arctic warming is much faster than global warming, by a factor of about 6 times, and the warming is accelerating, due to positive feedback.
•    Warming is mostly driven by currents from the Atlantic and the loss of albedo effect.
•    The extra heat flux, which is warming the Arctic with respect to its pre-industrial temperature, is currently of the order of one petawatt.
•    September sea ice volume trend is to zero in 2014 or 2015, by which time the heat flux would be nearly double what it is at present.
•    This could be a point of no return, when it becomes impossible to prevent further retreat of the sea ice, with accelerated Arctic warming causing ever larger methane emissions in a feedback loop until runaway global warming becomes inevitable.
•    Geoengineering techniques for cooling the Arctic have to be applied by spring 2013 to reduce that risk as far as it is possible to do so.

Flux from a sudden large emission of methane

Emergency intervention is needed both to save the Arctic sea ice and to reduce the risk of catastrophic global warming from a sudden large emission of methane.

 

Source :

 

//ameg.me/index.php/response

 

 

 

 

 

 

reportage en Anglais, mais vous pouvez activer les sous-titres en Français dans le player YouTube , ce qui fait que ça devient visionnable et compréhensible ...   

 

 



08/09/2017
0 Poster un commentaire